Donald Trump à la présidence, l’investissement en décadence ?

Ça y est ! Donald Trump a passé le cap des 100 jours à la présidence. L’euphorie autour de son élection s’est dissipée. Mais, les appréhensions qu’elle a suscitées sont toujours d’actualité. Depuis l’investiture du 45e président des États-Unis, les investissements ralentissent.

Depuis le 20 janvier dernier, suite à l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, les marchés boursiers affichent une certaine « timidité ». C’est ce dont confirment les observateurs économiques. Pourtant, en novembre, les chiffres étaient optimistes quant aux principaux indices boursiers nord-américains. Une poussée de croissance était attendue. Or, depuis l’investiture du 45e président, c’est l’incertitude qui plane.

Pour les observateurs économiques, cette incertitude serait causée par les changements de positions du président sur des sujets essentiels. Ceux-ci sont perçus comme une incapacité à gérer les affaires du pays soit une faille dans la gestion de la Maison-Blanche. Par conséquent, plusieurs opérateurs de gros fonds d’investissement ont tourné le dos aux bourses américaines. L’Europe et les marchés émergents apporteraient plus de sécurité.

Trump

La baisse des impôts, c’est pour quand ?

Dans son programme électoral, Donald Trump prévoit une baisse d’impôts de 35% à 15% pour les entreprises. Si cette mesure paraît comme une bénédiction pour les investisseurs, elle n’est pour autant pas prête à se réaliser. Les analystes sont pessimistes quant à la réalisation de ce projet car elle ne fera qu’empirer le déficit annuel. Celui-ci a été chiffré à 5500 milliards de dollars. Nombreux sont les investisseurs qui craignent que la baisse d’impôts ne serait qu’un mirage.

new-york

Les biens immobiliers canadiens séduisent les Américains

Les investisseurs américains sont nombreux à jeter leur dévolu sur les biens immobiliers canadiens. C’est ce qui ressort d’une enquête nationale menée auprès des professionnels de l’immobilier au Canada. Depuis l’assermentation de Donald Trump, le Canada est devenu le nouvel Eldorado. Les sites d’information immobilière reçoivent des milliers de requêtes. Les régions les plus sollicitées sont Ontario, la Colombie-Britannique et le Québec.

Toronto

Toronto

Parmi les professionnels de l’immobilier interrogés, 53,3% affirment avoir vendu une propriété à un investisseur américain. En effet, 62,5% d’entre ces derniers ajoutent que cette tendance date de quelques mois avant l’élection de Donald Trump. Appréhendant la présidence de ce dernier, de nombreux Américains ont préféré investir dans des biens immobiliers canadiens.

Si son investiture a marqué d’une pierre blanche l’histoire des présidents américains, Donald Trump a engendré une vague d’incertitude auprès des investisseurs. Ce qui se passera au cours des prochaines années, seul l’avenir peut nous le dire !

 

Vous aimerez aussi...